Musique

Anya della Croce, à 360 degrés

Elle est sur le front pour défendre les salles et festivals en tant que coordinatrice romande de leur faîtière. Ancienne programmatrice de concerts, elle connaît toutes les facettes du métier.
Anya della Croce.  À 360 degrés
«Quand on voit trois concerts par semaine en moyenne depuis vingt ans, le confinement représente un manque.» STÉPHANE DELGADO
Portrait

Elle est confinée dans la maison qu’elle partage à Marly, près de Fribourg, avec deux colocataires et un chat gris dénommé Oslo. Un résident s’est ajouté de manière impromptue, un ami domicilié… en Chine, bloqué en Suisse par la crise sanitaire. Anya della Croce ne se plaint pas, elle en profite pour faire des pâtisseries, pour lire, aussi – en ce moment, elle s’immerge dans la trilogie de Marie Laberge,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion