Égalité

Violences et Covid-19: «Il n’est pas interdit de fuir»

A l’heure du confinement, une explosion des violences domestiques est à craindre. La Suisse ne l’a pas encore constaté, contrairement à la France, qui propose des outils.
«Il n’est pas interdit de fuir» 1
Le gouvernement français a mis en place un dispositif semblable à celui qui prévaut en Espagne: lorsqu’une victime demande dans une pharmacie un «mascarilla 19» (un masque contre le Covid-19), ses responsables appellent un numéro d’urgence. KEYSTONE
Covid-19

Depuis le début du confinement, des mesures ont été mises en place pour lutter contre la hausse attendue des violences conjugales. En Espagne d’abord, en France ces derniers jours. Qu’en est-il de la Suisse? Et comment évaluer les gestes de nos voisins? Sachant que le foyer est l’espace le plus dangereux pour les femmes, comment concevoir la quarantaine? Toutes les personnes interrogées craignent la recrudescence des violences. Muriel Golay, directrice

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion