Société

En 2020, la contre-culture rattrapée

Une étude analyse comment les politiques urbaines ont fini par «domestiquer» les milieux alternatifs
En 2020, la contre-culture rattrapée
Le site d’Artamis à Genève, photographié en mai 2008. Un haut lieu de la culture alternative, où se retrouvaient, entre autres, les Young Gods... KEYSTONE
Urbanisme

Densification urbaine, pression financière, hausse des loyers, gentrification, renforcement des normes administratives et des exigences de rentabilité… Tous ces phénomènes ont profondément modifié nos rapports à la ville. Année après année, cette saturation a aussi réduit les espaces de liberté, de créativité, de contestation, d’accueil pour des populations plus marginales. Tel est le constat d’une recherche interdisciplinaire, dont plusieurs volets sont publiés sous la direction du sociologue Luca Pattaroni, maître

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion