Scène

Le passé en héritage

Au Théâtricul, à Chêne-Bourg, Le deuxième mur s’inspire de Roméo et Juliette ­voire d’Antigone pour évoquer sans parti pris le conflit israélo-palestinien.
Le passé en héritage
Pour Qassim et Sarah, le propos n’est pas de se souvenir mais d’aller de l’avant. Estelle Lligona
Théâtre

On entre dans l’accueillant petit théâtre de Chêne-Bourg, au fond d’une cour sombre. Il pleut, c’est vendredi. Un poêle à bois brûle devant la caisse. C’est l’heure d’entrer dans la salle: changement de dispositif. Le plateau est bordé de spectateurs, comme un liseré. Quelques gradins aussi. Le quatrième mur a été cassé pour jouer Le deuxième mur. Un jeune homme se lève des bancs de côté, se dirige vers une

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion