International

Un logiciel espion au tribunal

Amnesty veut suspendre l’exportation d’un software israélien utilisé par des gouvernements pour traquer journalistes et militants des droits humains.
Un logiciel espion au tribunal
NSO Group est une entreprise d’environ 600 employés, constituée en partie d’anciens membres des services de renseignement israéliens. KEYSTONE
Israël 

Un software vendu à des gouvernements pour traquer journalistes et militants des droits humains. C’est l’affaire qui occupait jeudi le Tribunal de district de Tel-Aviv, saisi d’une plainte par Amnesty International concernant la société locale NSO Group, qui commercialise ce dispositif, Pegasus, permettant de hacker des téléphones portables. Amnesty International Israël demande que la justice oblige le Ministère de la défense à suspendre la licence d’exportation dont jouit NSO Group.

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion