«Une tentative de criminaliser les ONG»

Dès l’arrestation des quatre pompiers, Amnesty International Brésil manifeste son inquiétude. Des dizaines d’associations de la région de Santarem – dont plusieurs représentatives du peuple Borari, qui occupait cette région avant l’arrivée des Portugais – affirment leur solidarité avec les prisonniers. Le 29 novembre, des organisations réunies à Brasilia pour la 43e Réunion des hautes autorités des droits de l’homme du MERCOSUR s’alarment du manque de transparence de l’enquête et de la

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion