Neuchâtel

Le dernier cri de l’usine Sugus

A Neuchâtel, l’ancienne usine Sugus devrait être rasée pour laisser place à un réaménagement complet du quartier de Tivoli sud.
Le dernier cri de l’usine Sugus
En sursis depuis moult années, plusieurs associations sociales et culturelles, notamment l’AMAR (Lieu autogéré multiculturel d’accueil et de rencontres), un théâtre et un centre portugais, sont sommées de quitter les lieux à la fin de l’année. DR
Neuchâtel

Le vallon de Serrières, à l’ouest de Neuchâtel, était en ébullition le week-end dernier. Mégaphones, sirènes, feu d’artifices ont envahi le quartier. Les acteurs culturels de l’ancienne usine Sugus, réunis sous l’appellation S.U.G.U.S (Syndicat Unitaire Général des Usines Suchard) ont sorti les grands moyens pour faire entendre leur voix et leur mécontentement. En sursis depuis moult années, plusieurs associations sociales et culturelles, notamment l’AMAR (Lieu autogéré multiculturel d’accueil et de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion