Cinéma

Désillusions parisiennes

Bel objet et récit d’apprentissage atypique, La Terre est plate signale un jeune réalisateur italo-suisse à surveiller.
La Terre est plate de Matteo Carrega Bertolini. AARDVARK FILM EMPORIUM
Film

Sincères et surprenants, imparfaits mais plein de promesses, les premiers longs métrages offrent souvent une expérience particulière. C’est le cas de La Terre est plate, tourné à Paris par un jeune cinéaste italo-suisse qui y vit, Matteo Carrega Bertolini. Tout commence par une rencontre. Aspirant écrivain sans emploi après ses études, paumé dans la capitale où il habite une chambre de bonne, Jean (Nicolas Foussard) fait la connaissance d’Antoine (Federico

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion