Genève

Rhino: «On l’entretenait, c’était notre maison»

L’interminable procédure opposant les ex-propriétaires à quatre anciens squatteurs de Rhino, les SIG et l’Etat de Genève se poursuivait, lundi, au Tribunal civil.
Rhino: «On l’entretenait, c’était notre maison»
Thomas, Anne-Catherine, Maurice et Miriam, à qui les anciens propriétaires réclament 14 millions de francs hors intérêts. JPDS
Squats

En juillet 2007, après dix-neuf années d’occupation, Rhino, le plus emblématique des squats genevois, était évacué. Plus de douze ans après, l’interminable procès des anciens habitants se poursuit. Ou plus exactement de quatre d’entre eux, parmi des centaines, et à qui les ex-propriétaires réclament 14 millions de francs pour occupation illicite et dommage à la propriété, sans compter les intérêts, la somme avoisinerait les 42 millions aujourd’hui. Ils étaient cinq

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion