Scène

Ruth Childs ou les fantaisies d’une ballerine

Dans son premier solo, fantasia, la danseuse anglo-américaine construit son «ready-made» chorégraphique.
Ruth Childs ou les fantaisies d’une ballerine
Ruth Childs dans sa création "fantasia", sur le plateau de l'Association pour la danse contemporaine, à Genève. MARIE MAGNIN
Danse

Ruth Childs danse souvent pour des chorégraphes romand-e-s. L’an passé, elle créait The Goldfish and The Inner Tube avec le batteur Stéphane Vecchione, ex-Velma, qui signe la bande-son de fantasia aux côtés des illustres Beethoven, Tchaïkovski, dont Casse-Noisette, ou Dvorak, version parfois scratchée. L’artiste anglo-américaine, 35 ans, a aussi repris les solos de sa tante Lucinda Childs, fer de lance à New York de la danse postmoderne. Ou celui de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion