Des résidents qui se laissent mourir

Chaque année, des centaines d’aînés refusent de s’alimenter en EMS, jusqu’à la mort. Suicide ou non?
Des résidents qui se laissent mourir
Si, après traitement, le refus de s’alimenter persiste, il doit alors être considéré comme l’expression d’une volonté claire. KEYSTONE
Fin de vie

Chaque année en Suisse, quelque 450 pensionnaires d’EMS décèdent des suites d’un renoncement volontaire à toute alimentation solide ou liquide. Une étude de la Haute Ecole zurichoise des sciences appliquées (ZHAW) jette pour la première fois un peu de lumière sur un phénomène encore tabou, indique un professionnel fribourgeois. Selon les deux chercheurs de la ZHAW André Fringer et Sabrina Stängle, 1,7% des décès survenant dans les établissements médico-sociaux de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion