Cinéma

L’adolescent et le néant

Blaise Harrison embrasse le trouble existentiel de l’âge ingrat dans Les Particules. Fantastique et anxieux, ce premier long métrage signale un cinéaste à suivre.
Film

Entre comédies américaines et cinéma d’auteur européen, combien de films ont chroniqué les affres de l’adolescence? Cet âge incertain a engendré un sous-genre prolifique qui déroule des récits initiatiques plus ou moins inspirés. Qualifié de «teen movie fantastique» par son auteur, le jeune réalisateur franco-suisse Blaise Harrison, Les Particules sort du lot. Ce premier long métrage contemplatif cherche moins à raconter une histoire qu’à traduire en images des sensations, pour

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion