Égalité

Quand les biais de genre tuent

Les accidents cardiovasculaires sont moins bien pris en charge chez les femmes. Une collégienne y consacre son travail de matu. La prise de conscience se concrétise dans la filière médicale.
Quand les biais de genre tuent
Peu à peu la dimension genrée de la médecine fait son entrée dans le cursus universitaire. KEYSTONE
Médecine

Malgré son image d’objectivité et de neutralité, la médecine n’échappe pas aux biais de genre. Une collégienne genevoise y consacre un documentaire remarquablement vulgarisé, Au Cœur du genre, centré sur la question des maladies cardiovasculaires. Elle est l’une des lauréates du Prix Emilie-Gourd 2019. Pour Zoé Harding, qui se destine à la médecine, «le droit d’être informées, soignées et d’avoir accès à des soins de qualité équivalents à ceux dont

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion