Cinéma

Deuil sanglant sous le soleil

Réalisateur de l’impressionnant Hérédité, Ari Aster s’égare dans l’horreur folklorique avec un second long métrage calamiteux.
Deuil sanglant sous le soleil
Dani (Florence Pugh) découvre l'horreur dans un hameau suédois. ELITE FILM
Film d'horreur

Les attentes étaient grandes après Hérédité, premier long métrage bluffant qui révélait Ari Aster l’an dernier. Le jeune cinéaste américain livrait un film d’épouvante dépressif et oppressant, dont la mise en scène et l’écriture très maîtrisées signalaient un talent rare dans le genre. Attentes d’autant plus grandes que son nouveau Midsommar se présentait sous les meilleurs auspices en revisitant l’horreur folklorique, sous-genre peu fréquenté ayant pour étalon The Wicker Man

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion