Michelle Fe Santiago, la voix des domestiques abusées 1
Koweït City. Après vingt ans d’expatriation, Michelle Fe Santiago a appris combien il est difficile pour les travailleuses philippines de vivre et de travailler dans les pays du Golfe, en particulier au Koweït. KEYSTONE
Égalité

Michelle Fe Santiago, la voix des domestiques abusées

Dans les pays du Golfe, la maltraitance des employées de maison fait souvent la «une». Basée au Koweït depuis 1999, la journaliste philippine Michelle Fe Santiago porte la mémoire de la violence qui frappe sa communauté.
Koweït

«Love to the max… max, max, max!», claironne gaiement un jingle. Michelle Fe Santiago, dite Maxi, prend place dans le studio. Cette journaliste philippine, au visage jovial, anime la matinale de Pinoy Arabia, radio en ligne créée en octobre 2014 pour divertir une audience majoritairement composée de compatriotes. Une communauté importante au Koweït qui regroupe pas moins de 222 000 Philippins, dont 62% officient comme domestiques. «Je passe quelques chansons d’amour.

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion