Culture

Sexe et handicap, le sujet reste tabou

Sexe et handicap,  le sujet reste tabou
Dans l’ombre de chambres familiales ou d’hôtels de passe, en Belgique, des hommes (ré)apprennent le plaisir au-delà de la douleur. Ils présentent des handicaps différents, mais font appel à la même accompagnante sexuelle : Tyra. Frédéric Pauwels
Reportage

La sexualité des personnes handicapées en Belgique reste un sujet tabou, particulièrement dans le sud du pays, où il est entouré d’une grande ignorance. Un nouveau métier tente pourtant de mettre fin à cet isolement: des hommes et des femmes appelées «assistant-e-s sexuel-le-s» accompagnent les personnes porteuses de handicap dans leur sexualité. Elles préfèrent d’ailleurs se désigner comme «accompagnantes», un terme moins passif, plus humain, plus proche de la réalité

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion