Solidarité

Un désert pour les journalistes

Des jeunes reporters ont su réinventer leur métier au Sahara occidental pour travailler malgré le silence imposé par le Maroc. Ils risquent à tout moment la prison et la torture. Entretien.
1
Image tirée du documentaire "3 Stolen Cameras", qui relate les conditions de travail des journalistes du collectif saharoui Equipe média. RåFILM
Maroc

Nazha El Khalidi comparaîtra ce lundi devant un tribunal marocain au Sahara occidental. Cette journaliste d’une trentaine d’années a été arrêtée dans la rue à Laâyoune alors qu’elle filmait des violences policières pendant une manifestation. «Je n’ai eu le temps d’enregistrer que quatre minutes sur Facebook live. Puis quatre voitures banalisées sont arrivées et plusieurs dizaines de membres des forces de sécurité marocaines m’ont entourée, m’ont frappée et m’ont arrêtée», raconte

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion