Les scientifiques réclament des preuves

«Le fleuve Litani n’est désormais plus qu’eaux usées, qu’elles soient ménagères ou industrielles», déclarait en novembre Kamal Slim, chercheur au CNRS 2018 au quotidien L’Orient-Le Jour. «La qualité de l’eau est telle qu’elle devient problématique pour l’irrigation, infestée de métaux lourds et de microbes.» C’est pourtant en partie l’eau de ce fleuve qui va être convoyée vers le grand Beyrouth pour être proposée comme eau potable à ses habitants. L’autre

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion