Genève

L’enseignement artistique reste élitiste

La Cour des comptes constate que l’enseignement artistique délégué (musique, danse, rythmique et théâtre) rate l’objectif de démocratisation de la pratique. Et préconise une refonte globale.
L’enseignement artistique reste élitiste
Le Conservatoire de musique de fait partie des trois institutions qui concentrent 90% des 33 millions de francs de subvention cantonales et dispensent 75% des cours. CC-BY-SA
Culture

La démocratisation de l’accès à la pratique de la musique, de la danse, du théâtre et de la rythmique? A Genève, cet objectif n’est pas atteint, constate la Cour des comptes. Elle a évalué le système de l’enseignement artistique délégué et préconise de le revoir dans son ensemble. Le canton, via le Département de l’instruction publique (DIP), confie l’enseignement de ces quatre domaines à dix écoles ou institutions subventionnées, qui

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion