Vaud

Salariés essoufflés dans les clubs

Les salles de concert tournent grâce aux heures supplémentaires bénévoles des salariés. Enquête.
Salariés essoufflés dans les clubs
Romain Puget, responsable infrastructures de L’Amalgame. Il travaille à 23% à la salle en parallèle de son métier. DR
Bénévolat

L’Amalgame ne tient plus qu’à un fil. Pour permettre à la salle de concert yverdonnoise de garder la tête hors de l’eau, les salariés du bureau réalisent des heures supplémentaires gratuitement. «Il y a quelques années, beaucoup de contrats dans le milieu incluaient un pourcentage de bénévolat, généralement entre 10 et 20% mais ce n’est plus légal», explique Laura Lambert, présidente de l’Amalgame. Les responsables du lieu ont tiré la

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion