Cinéma

Le vivre-ensemble, pas si simple…

Dans La Lutte des classes, Michel Leclerc porte un regard amusé, humaniste et pertinent sur les crispations actuelles de la société française
Le vivre-ensemble,  pas si simple...
Sofia (Leïla Bekhti), avocate d’origine maghrébine, et Paul (Edouard Baer), vieil anar et batteur dans un groupe punk, vivent dans un joli pavillon à Bagnolet, en banlieue parisienne. Leur fils Corentin fréquente l’école primaire du quartier. DR
Cinéma français

En 2010, Michel Leclerc nous a fait rire avec Le Nom des gens, ­romance improbable entre un timide admirateur de Lionel Jospin (Jacques Gamblin) et une jeune pasionaria qui couche avec des hommes de droite pour les convertir sur l’oreiller (Sara Forestier). Il a signé depuis un Télé Gaucho moins inspiré, puis La Vie très privée de Monsieur Sim, road movie dépressif taillé pour Jean-Pierre Bacri. Avec La Lutte des

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion