Scène

Rasez les murs, qu’on voie la danse

Walls, la dernière création de la compagnie Linga, à voir début mai à Pully, s’inspire des murs érigés entre les peuples. Interview des chorégraphes Katarzyna Gdaniec et Marco Cantalupo.
Rasez les murs, qu’on voie la danse
A la charnière entre art plastique, architecture et mouvement, Walls s’interroge sur ces multiples barrières que les peuples érigent à nouveau. Michel Bovay
Danse

Trente ans après la chute du Mur de Berlin, qui devait faire souffler un vent de liberté sur le monde, les murs ressurgissent un peu partout sur la planète. Il y aurait aujourd’hui près de soixante-cinq murs de séparation entre nations, construits ou planifiés. Soit 40 000 km de long, ou la circonférence de la Terre, affirme la Canadienne Elisabeth Vallet, politologue de l’université du Québec à Montréal. Après Go!, qui s’inspirait

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion