International

L’AKP s’accroche, la propagande redouble

Défait lors du scrutin municipal du 31 mars, le parti du président Erdogan refuse de s’avouer vaincu. Il multiplie les recours recours, notamment à Istanbul, et dénonce un «coup électoral».
L’AKP s’accroche, la propagande redouble
Dimanche après-midi, le Haut-conseil électoral donnait Ekrem Imamoglu, candidat du parti d’opposition souverainiste social-démocrate CHP, en tête de l’élection municipale à Istanbul avec plus de 16 000 voix d’avance. KEYSTONE
Turquie

C’est une saga qui n’en finit pas. Une semaine après le scrutin municipal qui a vu l’essentiel des grandes villes de Turquie conquises par l’opposition, le parti de la Justice et du Développement (AKP) du président Erdogan refuse de s’avouer vaincu. Il multiplie les recours dans toutes les villes, et notamment à Istanbul, la plus importante d’entre elles. La capitale économique de la Turquie, peuplée de 16 millions d’habitants, concentre 30%

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion