Scène

Face au mal, les limites du sens

Au 2.21, Fabrice Gorgerat se souvient de la tuerie d’Orlando dans Nous/1, et évacue toute tentative de donner du sens à l’expression du mal.
Face au mal, les limites du sens
Fiamma Camesi personnifie le mal dans une danse outrée. DR
Théâtre

Et si notre absolue recherche de sens était une erreur? Face aux plus violentes expressions du mal – l’innommable –, devrait-on parfois, sinon baisser notre garde, nous abandonner à l’idée que le bon sens, c’est comprendre que du sens, il n’y en a pas? C’est ce qu’interroge le dernier spectacle de Fabrice Gorgerat, toujours en recherche de formes narratives avec la Cie Les Jours Tranquilles. Au Théâtre 2.21, à Lausanne, il présente

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion