International

Bogota rompt avec l’ELN

Le processus de paix gelé depuis l’élection d’Ivan Duque est caduc après que la Colombie a attribué l’attentat de jeudi contre l’école de police à l’Armée de libération nationale (ELN).
Bogota rompt avec l’ELN
L’école d’officiers Général Francisco de Paula Santander visée par la camionnette bourrée d’explosifs est située dans le sud de la capitale. KEYSTONE
Colombie

Au lendemain de l’attentat de Bogota, le président colombien Ivan Duque a enterré le dialogue de paix avec l’ELN. Le dirigeant conservateur a réactivé vendredi les mandats d’arrêt visant les négociateurs de la dernière guérilla du pays, à qui il attribue l’attaque de l’école de police qui a fait vingt et un morts et soixante huit blessés jeudi. L’Armée de libération nationale (ELN, guévariste), dont certains canaux habituels sur internet

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion