Genève

Exem se dit victime d’un pillage

L’affiche du non à la loi sur la laïcité des Juristes progressistes reproduit leur logo dessiné il y a vingt-cinq ans par Exem, qui dénonce un détournement de son travail.
Exem se dit victime d’un pillage
«On me fait passer pour un mercenaire qui mangerait à tous les râteliers", se désole Exem. JPDS
Laïcité

Il est consterné et remonté. Le célèbre affichiste genevois Emmanuel Excoffier, dit Exem, se déclare victime d’une violation de sa propriété intellectuelle et de son droit d’artiste. Il accuse les Juristes progressistes d’avoir «pillé» l’un de ses dessins en le détournant dans une affiche pour le non à la loi sur la laïcité. Le dessinateur est d’autant plus en colère qu’il a justement réalisé l’affiche des partisans de la loi.

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion