Égalité

En Suisse, les tampons sont taxés comme des produits de luxe

Une nouvelle motion veut baisser la TVA des protection hygiéniques féminines. La mobilisation citoyenne veut plus globalement briser le tabou de la menstruation.
En Suisse, les tampons sont taxés comme des produits de luxe
En octobre 2016, des activistes zurichoises avaient coloré en rouge des fontaines de la ville pour protester contre le tabou lié à la menstruation. DR
Taxe rose

La deuxième tentative sera-t-elle la bonne? Après un refus très net du Conseil national, en février 2018, de réduire la TVA pour des produits d’hygiène corporelle de base, Jacques-André Maire (PS/NE) remonte au front: en décembre dernier déjà, il déposait une nouvelle motion demandant que les protections hygiéniques féminines bénéficient du taux réduit de 2,5% réservés aux produits dits de première nécessité. Le changement de stratégie et le contexte électoral

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion