Le mot de la traductrice – Isabelle Rüf

Isabelle Rüf éclaire la manière dont le contexte culturel propre au texte de Benjamin von Wyl donne des pistes pour sa traduction.
Le mot de la traductrice - Isabelle Rüf

Si, parmi les textes de l’ouvrage Menschenrechte weiterschreiben, j’ai choisi celui de Benjamin von Wyl, c’est d’abord à cause de l’âge de l’auteur. Il est né en 1990, je pourrais être sa grand-mère: comment pense et écrit la nouvelle génération? Celle qui publie sur les réseaux sociaux et s’exprime dans les médias en ligne. Je suis venue très tard à la traduction et n’ai traduit qu’un seul auteur, pour les

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion