Culture

«Hugo, une parole vivante»

A Pitoëff, Eric Devanthéry revient sur sa résidence qui s’achève par son adaptation de la fresque humaniste des Misérables et du poignant solo L’Homme qui rit.  
«Hugo, une parole vivante»
«L’enfer des pauvres fait le bonheur des riches». Ces mots hugoliens claquent dans la poignante performance de Pierre Dubey, L’Homme qui rit. Cédric Vincensini
Théâtre

Après trois ans de résidence à Pitoëff, la Compagnie Utopia dirigée par Eric Devanthéry quittera les lieux fin décembre. Le choix de ses deux dernières créations, adaptées des romans de Victor Hugo au propos brûlant, est cohérent avec le parcours du metteur en scène genevois. L’Homme qui rit, qui défend la marge dans une splendide performance de Pierre Dubey, et la grande fresque historique des Misérables, sont à l’affiche jusqu’au

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion