Lazzaro, saint patron des prolétaires

Alice Rohrwacher est une habituée du Festival de Cannes: Corpo celeste l’avait révélée en 2011 à la Quinzaine des Réalisateurs, Le Meraviglie remportait le Grand Prix en compétition internationale trois ans plus tard, et Heureux comme Lazzaro en est revenu avec le Prix du scénario. Rencontre à Lausan­ne avec la réalisatrice italienne, dont on pourrait résumer le dernier film en ces termes: heureux soient les naïfs (non pas les fêlés),

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion