Cinéma

L’asile en sursis

Dans Une Saison en France, Mahamat-Saleh Haroun dénonce sans colère l’accueil réservé aux réfugiés par «un système qui fabrique des sans-papiers».
L’asile en sursis
MOA DISTRIBUTION
Film

Cinéaste tchadien adoubé à Venise (Daratt) et Cannes (Un Homme qui crie, Grigris), Mahamat-Saleh Haroun a tourné son dernier long métrage à Paris. Abbas (Eriq Ebouaney), professeur de français ayant fui la guerre en Centrafrique avec ses deux enfants, y a déposé une demande d’asile. Il a un travail, une amie française (Sandrine Bonnaire) et ses enfants sont scolarisés. Mais alors qu’il doit déposer un recours contre une première décision,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion