Cinéma

Sortir de chez soi, occuper l’espace social et rêver

Le festival Everybody’s Perfect mélange les publics et ouvre les esprits. Jusqu’à dimanche, à Genève, il met en lumière les thématiques LGBTIQ en privilégiant les films aux qualités artistiques éprouvées.
1
Deux lycéennes ­kényanes vivent le coup de foudre. Les séances de "Rafiki" seront suivies d’une discussion avec les actrices. DR
LGBTIQ+

Avec 31 longs métrages, des ateliers, ­expositions et tables rondes, le menu est riche. Mais pas pléthorique, histoire de faire de la place aux invité-e-s, diffuser certains films plusieurs fois et laisser le bouche à oreille fonctionner. «Le festival doit être un lieu de rencontres, de partage, et il faut laisser le temps nécessaire aux conférences», explique la nouvelle directrice du festival, Sylvie Cachin. Elle refuse de sombrer dans la victimisation,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion