Livres

Noircir l’absence

Dans François, portrait d’un absent, Michaël Ferrier noircit avec finesse et pudeur la perte de son ami disparu.
Noircir l’absence
Chronique

C’est arrivé comme une vague. Le coup de téléphone d’un ami, au milieu d’une nuit de décembre. Au bout du fil, une voix blanche, un hurlement qui garde son calme, une lame de fond, un drap déplié dans l’hiver de Tokyo. Cette nuit-là, Michaël Ferrier apprend la mort de son ami François et de sa fille Bahia, noyés dans la mer des Canaries: «Blanc, blanc comme la cire des cierges,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion