Musique

«Ce qui nous occupe, ce sont les œuvres fortes et la modernité»

Les Jardins Musicaux de Cernier ont lieu jusqu’au 2 septembre. Coup d’œil sur ce ­festival d’arts vivants et son programme avec son directeur, Valentin Reymond.
«Ce qui nous occupe, ce sont les œuvres fortes et la modernité»
El Cimarrón raconte, par le chant et la danse, l’histoire de l’esclave Esteban Montejo. GIONA MOTTURA
Neuchâtel

«Mettre en scène des créations originales, offrir la chance au public d’écouter des grands morceaux classiques du XXe siècle rarement joués et surtout faire vivre les arts vivants dans leur globalité restent les moteurs de ce festival», résume Valentin Reymond, 64 ans, chef d’orchestre et directeur des Jardins Musicaux depuis leurs débuts, en 1997. Ce festival dans la campagne neuchâteloise propose jusqu’au dimanche 2 septembre pas moins de 26 représentations dans la Grange aux

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion