Suisse

Berlin a espionné des firmes suisses

Les services secrets allemands ont épié des entreprises suisses en Autriche. Vives réactions à Berne.
Berlin a espionné des firmes suisses
Novartis est touchée: sa filiale Sandoz a été espionnée par Berlin. (KEYSTONE/Werner Getzmann)
Espionnage

C’était l’année passée, et l’affaire avait fait des vagues. L’Allemagne venait d’arrêter un ex-espion suisse, Daniel M., coupable d’avoir épié des inspecteurs du fisc en pleine crise du secret bancaire. Ni une ni deux, des politiciens allemands avaient hurlé au loup, rejoints par une bonne partie des parlementaires suisses. Ces pratiques seraient-elles l’apanage de la seule Suisse? Non. Bien au contraire: Berlin ne se gêne pas non plus pour espionner

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion