Musique

Magdalena, Perséphone et les femmes de María Grand

La saxophoniste genevoise établie à New York convoque les archétypes féminins sur scène et sur disque.
Magdalena, Perséphone et les femmes de María Grand
Persephone/Her Story à L’Abri en mai dernier. PEDRO DE LAS ROSAS
Jazz

Comment une femme en arrive-t-elle à épouser son violeur? Tel est le questionnement de María Grand lorsque elle se confronte à la figure de Perséphone. La saxophoniste et compositrice genevoise vit à New York depuis 2011, où elle s’impose comme un des éléments importants de la scène créative. Le mois dernier, elle présentait à L’Abri, à Genève, un opéra en un acte qui la campait en solitaire comme unique actrice

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion