Cinéma

La Chine à l’encre noire

Sous les atours du polar et de l’animation, Liu Jian brosse un sombre tableau de son pays gagné par la fièvre capitaliste.
La chine à l’encre noire
Longr métrage d'animation indépendant, Have a Nice Day a eu les honneurs de la compétition internationale à la Berlinale. NEZHA BROS PICTURES COMPANY LIMITED
Cinéma d'animation

Comment porter un regard critique sur son pays sans s’exposer aux coups de ciseaux de la censure? Cinéaste indépendant, Liu Jian semble avoir trouvé la parade: il a passé sa vision sans concession de la Chine contemporaine aux filtres de l’animation et du cinéma de genre. Comparé à Pulp Fiction par la presse américaine, Have A Nice Day relève en effet du polar et de la comédie noire. Valse avec

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion