Histoire

L’arme secrète de Winston Churchill

Pour frapper au cœur le IIIe Reich, Londres a engagé des as du sabotage dignes des films de James Bond.
L’arme secrète de Winston Churchill
Winston Churchill (droite) participait avec enthousiasme aux démonstrations de son officine de recherche militaire. KEYSTONE
Histoire vivante

Détonateurs, systèmes d’allumage par pression ou vibration, mines camouflet et mines Limpet, charges explosives diverses, certaines de la taille d’une boîte d’allumettes, «castrateurs» (à cacher sous les WC!), cordes de piano, éventuels agents biologiques… La boîte à outils du parfait saboteur, mise au point au printemps 1939 par Millis Jefferis, un brillant officier britannique du War Office (Ministère de la guerre), n’aurait pas dépareillé dans la panoplie des films de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion