Solidarité

Dénoncer coûte que coûte

Une experte des Nations Unies est inscrite sur une liste de «terroristes» pour avoir pointé du doigt les exactions du gouvernement de Rodrigo Duterte à l’encontre des communautés indigènes.
Malgré les répressions qu’ils endurent, les autochtones Lumad mènent régulièrement des actions de protestation contre les compagnies minières, comme ici en novembre 2014 à Manille. KATRIBU
Philippines

Vicky Tauli-Corpuz n’est plus retournée dans son village des montagnes de la Cordillera, dans le nord de l’île principale de Luzon, aux Philippines, depuis plusieurs mois. Par précaution, dit-elle. «Je ne voudrais pas être arrêtée ou victime d’une exécution extrajudiciaire.» La rapporteure spéciale sur les droits des peuples autochtones, elle-même indigène Kankanaey Igorot, apprenait fin février que son nom figurait sur une liste de 600 «terroristes». Un registre déposé auprès d’un

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion