Musique

«On est des descendants de Lavilliers»

Avec son deuxième album Lost Lover, le duo lausannois ChâteauGhetto offre une pop acidulée, teintée de mélancolie amoureuse et de dancehall.
Simon Acevedo et Léonard de Muralt laissent à des amis artistes le soin de leur concocter un univers à l'esthétique crypto-gay. NORA SMITH
Disque

Dans un bar lausannois proche de la Riponne, Léonard de Muralt, attablé, lit les entretiens accordés par Marcel Duchamp au critique d’art Calvin Tomkins pour le New Yorker. Non loin de lui, Simon Acevedo s’active, sert des thés et des bières. Il rejoindra bientôt son acolyte et ami, avec qui il a créé ChâteauGhetto, un duo qu’on ose à peine estampiller «hip hop» tant l’écoute de leur dernier disque, Lost

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion