Genève

«Genève nous refile ses charges publiques»

Maire de Saint-Julien, Antoine Vielliard se dit scandalisé par le durcissement de l’accès des élèves frontaliers à l’école obligatoire genevoise.
«Genève nous refile ses charges publiques»
Selon Antoine Vielliard, refuser des élèves frontaliers serait contraire aux Constitutions fédérale et genevoise, ainsi qu’à l’accord de libre circulation. JEAN-PATRICK DI SILVESTRO
École

Maire de Saint-Julien-en-Genevois aux portes de Genève, le centriste Antoine Vielliard mène la fronde contre le durcissement de l’accès des frontaliers à l’école obligatoire genevoise. La règle leur permettant d’y être scolarisés «dans la limite des places disponibles» sera encore valable à la rentrée prochaine. Mais, dès 2019, l’école obligatoire (primaire et Cycle) n’acceptera plus aucun nouvel enfant résidant hors des frontières cantonales, à moins qu’un membre de sa fratrie

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion