Traduire le temps

Yasmin Hoffmann évoque sa traduction du texte Dienstage de Ruth Schweikert. Comment transmettre le rythme d’une attente fébrile qui se termine par un choc, et comment rendre compte d’une temporalité qui passe du microscopique au panoramique?
Traduire le temps

Dienstage, rien de plus banal en allemand que de mettre un pluriel aux jours de la semaine! Et pourtant ma réflexion traductologique sur le texte de Ruth Schweikert commence par cette claudication: Les mardis ou Le mardi? Les mardis appellent une idée de permanence, de régularité, de globalisation. Le mardi, lui, porte l’idée d’une précision, d’inscription dans un temps de manière répétitive. Une idée du particulier qui empiète sur l’universel,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion