Cinéma

Polar en perdition

De retour avec 9 Doigts, le cinéaste français F.J. Ossang n’a pas perdu la main. On y retrouve son monde sombre et mystérieux, déglingué et kafkaïen.
Polar en perdition
CAPRICCI FILMS
Polar

F.J. Ossang vient présenter son dernier long métrage, jeudi soir au Spoutnik à Genève et vendredi au Bellevaux à Lausanne. En une poignée de films, le cinéaste français a créé un monde que leurs titres évoquent à merveille: L’Affaire des Divisions ­Morituri, Le Trésor des Îles Chiennes, Docteur Chance, Dharma Guns… Un monde en noir et blanc (à une exception près), sombre et mystérieux, déglingué et kafkaïen, nourri aussi bien

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion