Chienne de vie
Jacques Blanchot (Vincent Macaigne) achète un chien à Max (Bouli Lanners), avant de devenir son «meilleur ami». ADOK FILMS
Cinéma

Chienne de vie

Vincent Macaigne devient chien dans une fable dépressive de Samuel Benchetrit, dont on ne ressort pas indemne.
Fable

Les films de Samuel Benchetrit détonnent dans un cinéma d’auteur français peuplé de drames naturalistes. Invraisemblable film à sketches, J’ai toujours rêvé d’être un gangster rendait hommage au polar avec une joyeuse galerie de bras cassés. Et un astronaute atterrissait en banlieue dans le poétique Asphalte, d’après ses chroniques éponymes – le cinéaste étant par ailleurs romancier et dramaturge. Avec l’adaptation de son roman Chien, il nous emmène à nouveau en

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion