Genève

Affaire Ramadan: Genève doit être plus actif

Une quinzaine de personnalité demandent à l’Etat de Genève d’ouvrir une enquête administrative.
Affaire Ramadan: Genève doit être plus actif
Le Département de l'instruction publique genevoise, mené par Anne Emery-Torracinta, est resté trop passif sur l'affaire Ramadan, selon les signataires (Keystone archives).
Affaire Ramadan

Le Département de l’instruction publique genevoise doit faire la lumière sur le départ en 2004 de Tariq Ramadan du collège de Saussure où il était doyen et enseignant. Dans une lettre, une quinzaine de co-signataires demande l’ouverture d’une enquête administrative. La missive, que l’ats a pu se procurer, est adressée à la cheffe du Département de l’instruction publique (DIP) Anne Emery-Torracinta (PS) et au président du Grand Conseil, Eric Leyvraz.

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion