Scène

Fragments de souvenirs

A Lausanne, Petits matins apparaît comme une évocation sous forme de plongeon théâtral au cœur de souvenirs épars.
Fragments de souvenirs
Anne-Catherine Savoy et Antonio Troilo. RAMON & PEDRO
Théâtre

La dernière création de Matthias Urban, Petits matins, s’offre au public du CPO comme une illustration des mots de l’écrivain franco-libanais Amin Maalouf: «Le passé est forcément fragmentaire, forcément reconstitué, forcément réinventé. On n’y récolte jamais que les vérités d’aujourd’hui.» Placé en hauteur, le spectateur découvre un appartement vide aux murs jaunis; peu à peu l’espace se remplit de quelques meubles et objets, et laisse apparaître plusieurs tableaux d’une vie

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion