L’amiante, la beauté du diable 2
Amiante brésilien prisonnier d’un quartz. STEFAN ANSERMET/MUSEE CANTONAL DE GEOLOGIE
Écologie

L’amiante, la beauté du diable

Autrefois, les puissants s’en revêtaient. Aujourd’hui, plus personne n’a envie de toucher ces cristaux.
Géologie

«C’est vrai qu’ils sont magnifiques.» Nicolas Meisser, minéralogiste et commissaire de l’exposition Amiante! Fibre miraculeuse, naturelle, tueuse, au Musée cantonal de géologie à Lausanne, admire les splendides spécimens présentés dans les vitrines de l’institution vaudoise. Et lâche: «Mais souvent, par sa beauté, la nature nous met en garde.» L’amiante, qui dans l’Antiquité faisait tourner les têtes, fait aujourd’hui frémir les êtres rien qu’à l’évocation de son nom. Rencontre avec une

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Testez-nous
Au mois de juin,
nous vous offrons l'essai web 2 mois
profitez-en!

Connexion