Opinions

«Un danger pour le pluralisme de l’information et la qualité du débat en Suisse»

La Fondation Hirondelle crée et soutient des médias indépendants dans des zones de conflit. Au nom de la défense du pluralisme de l’information et de la qualité du débat public en Suisse, elle prend exceptionnellement position contre l’initiative No Billag.
Agora

En Suisse comme ailleurs, une capacité d’investissement public dans une information de service aux publics est essentielle pour que les journalistes bénéficient du cadre professionnel, de l’indépendance et des moyens leur permettant de réaliser correctement leur travail. Les médias qui les emploient peuvent ainsi rendre accessible à la population une information de qualité, condition nécessaire au bon fonctionnement de la démocratie. Or l’adoption de l’initiative No Billag entraînerait la suppression dès 2019 de toute forme de financement public aux médias, publics et privés.

La Fondation Hirondelle1Soutenue financièrement par des acteurs publics (agences de coopération de la Suisse et de pays de l’Union européenne principalement), la Fondation Hirondelle entretient par ailleurs un partenariat avec la RTS, dont elle reçoit une subvention annuelle (soit 0,8% du budget annuel de la fondation en 2017). a travaillé dans de nombreux contextes médiatiques. Depuis 1995, elle a créé, développé ou soutenu plusieurs centaines de médias dans dix-huit pays confrontés à des crises majeures: conflits, crises humanitaires, transitions démocratiques… Dans de tels contextes, l’accès, dans les langues nationales, à une information de qualité et à des plateformes permettant un dialogue apaisé est un enjeu vital et permet le renforcement de la démocratie. Face aux rumeurs et à la propagande, une information vérifiée et impartiale permet à la population de comprendre la réalité des problèmes auxquels elle est confrontée. Des programmes donnant la parole à toutes les composantes de la société en respectant l’équité des points de vue contribuent à lutter contre les préjugés entre des populations ayant des langues et des cultures différentes.

A l’inverse, l’absence d’informations fiables et précises favorise la prolifération de contre-vérités et de rumeurs qui fragilisent la confiance de la population dans son avenir. L’absence de plateformes médiatiques donnant la parole à toutes les composantes d’une société favorise les préjugés, les malentendus et les clivages.

Aujourd’hui, ces risques concernent tous les pays. Les effets néfastes des nouvelles formes de propagande et de désinformation sont réels et connus. Formidables outils de communication et de découverte du monde, les réseaux sociaux favorisent en même temps la propagation de rumeurs et la diffusion des propos les plus simplistes contribuant notamment à renforcer les préjugés entre communautés. Fragilisés économiquement par le déclin de leurs ventes et de leurs revenus publicitaires, les médias privés s’adressant au plus grand nombre ont de plus en plus de mal à maintenir les moyens nécessaires à la production d’informations de qualité.

Pour toutes ces raisons, constatant pour la première fois depuis sa création un risque majeur pour l’accès de la population suisse à une information pluraliste de qualité, la Fondation Hirondelle prend exceptionnellement position contre l’initiative No Billag.

Notes   [ + ]

1. Soutenue financièrement par des acteurs publics (agences de coopération de la Suisse et de pays de l’Union européenne principalement), la Fondation Hirondelle entretient par ailleurs un partenariat avec la RTS, dont elle reçoit une subvention annuelle (soit 0,8% du budget annuel de la fondation en 2017).

* Délégué à la communication et aux relations extérieures de Fondation Hirondelle.

Opinions Nicolas Boissez Agora

Connexion