Vaud

Un tournant pour l’interprétariat  

Appartenances n’est plus la seule structure à offrir des prestations d’interprétariat sur le territoire vaudois. Une société privée rafle une part du marché. Enquête.  
Un tournant pour l’interprétariat
Une application mobile met en lien les demandeurs et les interprètes en personne, par téléphone ou par vidéoconférence.
Concurrence

Bhaasha veut dire «langage» en sanskrit. Bhaasha, c’est aussi le nom du nouvel arrivant sur le marché vaudois des interprètes communautaires. L’association Appartenances n’est donc plus la seule structure à offrir ce type de prestations pour les migrants sur le territoire. Perdra-t-elle son monopole dans le domaine pour autant? Le Courrier a enquêté pour comprendre les enjeux derrière l’arrivée et le développement de cette société privée. Créée en 1993, Appartenances

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion