Le mot du traducteur Renato Weber

Renato Weber évoque quelques obstacles qu’un traducteur peut rencontrer dès le prologue de «Das Bündel Zeit» d’Elsbeth Zweifel.

Bien que l’incipit du livre de mémoires Elsbeth Zweifel s’ouvre par un prologue (que nous proposons ici intégralement) censé fournir au lecteur quelques points de repère par rapport à l’univers des pages qu’il s’apprête à lire, c’est déjà à la voix intérieure de la narratrice adulte, à la première personne, parfois légèrement mystérieuse, que nous (le lecteur, et naturellement le traducteur) avons affaire. Cela se manifeste surtout à deux niveaux.

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion